Connexion – reconnexion
juillet 26, 2022
Voir tout

Je me suis laissée allée à retomber

Je ne suis pas cynique, je ne croyais seulement pas que cela arriverait, du moins pas comme ça. J’ai aimé dans ma vie, souvent, fort, mais jamais lentement.

 

J’ai appris a aimé cette fois. J’ai appris à être aimé. C’était tranquille, sans attentes, doux, surtout. L’amour je l’aime. J’aime tout, ce sentiment de ne rien contrôler qui fait peur je le déteste autant que je l’aime. J’aime les petits moments, j’aime les grands, j’aime sourire et pleurer parfois. J’aime apprendre à être vulnérable.

Est-ce que cela veut dire que l’amour existe différemment de ce que je croyais, certes. J’ai connu ces amours avant, ceux qui surprennent et qui ne laissent d’autres choix que d’être vécus. Je croyais que pour moi, la raison prendrait le dessus et qu’aimer tranquillement en s’apprenant était trop rationnel, que dans le processus, mes peurs feraient me ramèneraient forcément sur terre. Dans l’amour lent, il y a, apprendre et s’apprendre. Il y a la transparence et l’ouverture. Il y a les choix. Ces choix qui ne sont ni faciles ni à la légère.

Cet amour existera toujours, peu importe sa forme. C’est un amour qui m’a appris à m’aimer aussi et surtout. Un amour qui rassure. Envers soi mais aussi envers la possibilité de ce qui m’attends demain.

 

 

J’écris sur l’amour, ceux déchus, ceux qui soulève de terre, ceux qui dure dans le cœur mais pas dans le physique, ceux qui ont changé, ceux qui m’ont changé, ceux qui me font mal et ceux qui me donnent un courage que j’ignorais. J’écris, mais le partager me terrifie. Ici, je me donne le droit. L’amour me fait écrire. La vie me fait peindre.