Entre les choix
juillet 26, 2022
Voir tout

Connexion – reconnexion

On me demande souvent si j’ai hâte ou si je vais m’ennuyer et pour cause puisque je suis souvent partie. Prête à dire oui à la prochaine aventure avant de débuter celle imminente.

Je n’avais jamais réalisé ce que voulais dire partir, revenir, rentrer. Ce sont les gens de mon entourage qui m’ont fait réaliser ces concepts. On me demandait toujours: “es-tu triste de revenir? As-tu hâte de partir?” Ces questions me semblaient étranges.

J’enchaîne les pieds ancrés dans ma vie que j’adore où je chérie les moments avec les gens que j’aime. C’est ce qui fait sens pour moi. Et de plus en plus c’est probablement la seule chose qui m’importe.

 

Pourtant, à cette question je ne peux jamais répondre. Ni je ne m’ennuie ni j’ai hâte. Pourtant j’ai hâte, mais je ne sais pas bien saisir l’excitation pré aventure ni comprendre la portée d’un départ, tout me semble tellement abstrait.

Je repousse me disant que je n’ai pas encore réalisé et pourtant, quand j’arrive les deux pieds dans une terre inconnue forcée de toucher cette réalité repoussée, rien. Heureuse, certes, mais j’y touche comme si cela avait été ma vie d’hier et de tous les hiers de ma vie. J’ai peine à l’expliquer en fait.

J’ai un encrage, je suis à la maison, mais cet encrage n’est pas unique.

Ouvrir la porte 2 fois d’une demeure et pour moi un sentiment de “chez-nous” s’installe. Il y a la maison de passage et celle qui ne change jamais avec le temps, celle qui existe sur la même sortie d’autoroute, celle de mon enfance, celle de ma vie d’adulte que j’ai choisi, mais il y a toutes celle que je visite entre.